Rédac'contes et compagnie

Blog

Des articles sur :

- les coulisses de notre activité

- des histoires et des coloriages à télécharger

- les secrets de nos créations

- notre histoire

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy

 

Quand je serai grande, je serai écrivain suite

23/03/2022

Quand je serai grande, je serai écrivain suite

Coucou !
Comment vas-tu ? 
Il y a quelques temps, j’ai publié un premier article avec le même titre. J’avais enfin décidé de te raconter comment mon aventure d’indépendante, d’écrivain, avait débuté. 
Beaucoup plus de moi. 
L’article commençait à être un peu long, alors je t’ai donné rendez-vous dans un second article. Le voici. 

J’ai tout quitté

 


Je m’étais lancée, j’avais créé ma micro entreprise Rédac’événements, mais je peinais à trouver des clients. Je n’osais pas me montrer. 
J’attendais sagement qu’on me trouver. J’avais peur de ne pas être à la hauteur, pas assez pro pour mes clients, peur de déranger. 


En même temps, j’avais un job salarié : je faisais des pizzas, puis j’ai fait des sandwiches. 


Je donnais aussi des cours particuliers mais finalement avec tous ces kilomètres, je ne gagnais pas énormément d’argent. Je survivais. 


Ma vie perso a pris un tournant. J’ai tout quitté pour suivre mon chéri dans le sud. 
Je suis repartie de zéro. Il fallait refaire de la pub, trouver des clients. 
J’ai refait un site internet. 


Ah oui j’ai oublié de te raconter. Après l’obligation de changer le nom de mon entreprise, j’ai dû refaire mon site internet.

J’avais voulu le faire faire par des professionnels.

Je me suis faire arnaquer. Ils m’ont créé un site, puis après avoir empoché l’argent, ils ont disparu. Pas moyens d’intervenir sur le site, de faire la moindre modification, de mettre à jour. Il était figé et inutile. 
Je n’avais aucun recours. 


Alors j’ai refait un site et pour celui-ci je me suis débrouillée seule, comme je préfère le faire. Je n’y connaissais rien mais je l’ai fait sur une plateforme qui rend tout très simple.

 
Quand je le regarde aujourd’hui, je suis assez fière. Je m’en suis bien sortie. 


Voilà pour la 2e mésaventure. 
Je reprends mon récit. 


J’étais désormais dans une autre région, loin, très loin de ma famille. Je pensais que ça irait. 


J’ai écrit quelques biographies, des récits de mariage, des récits de rencontre, j’ai rédigé le texte pour une cérémonie laïque et je l’ai même animée. J’ai écrit quelques contes personnalisés, une lettre. 


Je continuais à donner des cours. Je gagnais un peu d’argent, mais j’aurais pu faire tellement mieux si je n’avais pas eu peur. 


Ça ne s’est pas arrangé 

 


Je suis devenue Maman…


Maman, compagne, boniche et c’était tout…


Après la naissance de mon Loulou, j’ai continué à travailler tout en m’occupant de lui. 
Au début c’était facile, je travaillais quand il faisait la sieste, quand il jouait. On avait trouvé notre équilibre. 
Plus assez de place pour le bureau, je travaillais sur la table basse, assise sur un coussin par terre. Ça me convenait. 


Mon activité a pris un nouveau tournant. 


Enceinte, je lisais des histoires à mon Loulou et j’ai continué après sa naissance. Ça a été notre manière à nous de créer un lien, c’est notre rituel. 


J’ai eu envie d’écrire des histoires pour les enfants. En fait, j’en avais déjà écrites, mais désormais je ne voulais faire que ça. J'ai abandonné le reste. 


J’ai commencé à mettre un ours en peluche près de moi quand je travaillais. Il me tenait compagnie quand mon Loulou dormait.

En fait, il faisait bien plus, il m’encourageait discrètement quand je doutais, mais je ne le savais pas encore. 


J’avais envie de créer plus. J’ai commencé à faire des tableaux et à le mettre en scène mon ours en peluche, toujours le même : Praliné.

Il présentait mes produits, puis il m’a aidé à les réaliser. Je m’amusais. 
Cependant, je n’avais toujours pas confiance en moi. Ces tableaux, je n’en ai vendu aucun. 


Tout s’est ensuite compliqué. Je ne dormais pas assez, j’étais fatiguée. J’avais trop de choses à faire, à gérer et j’étais seule pour le faire. J’étais épuisée. J’étais Maman, je devais assumer, m’occuper de mon Loulou et j’étais prête à tout pour lui. Je devais tenir le coup, être forte. 


Petit à petit, j’ai arrêté de penser à moi, à mon rêve, j’avais de moins en moins de clients. Je doutais de plus en plus, je me sentais nulle, pas assez pro, je n’avais pas assez de matériel pour faire comme les autres.

J’imaginais que mes offres ne plaisaient pas. 


J’ai réalisé plus tard que les gens ne savaient même pas qu’elles existaient.

 
Je n’étais plus écrivain, j’étais Maman, compagne, boniche.

J’ai commencé à sombrer, à déprimer, à toujours m’inquiéter pour l’argent.

 

Je me sentais nulle comme Maman comme auteure et créatrice.

Je me sentais seule, pas à ma place. J’imaginais que je devais serrer les dents, subir, prendre mon mal en patience pour ne pas chambouler la vie de mon Loulou. Je penserai à moi plus tard, quand il sera grand…


Je n’ai pas baissé les bras


Je n’allais pas bien. Pourtant je n’ai pas abandonné. 
Il y avait une petite voix en moi qui me disait de m’accrocher, de continuer mon activité, j’allais rebondir. Je ne serais pas plus heureuse dans un job salarié. 


Cette petite voix, je sais aujourd’hui que c’était Praliné…


Je m’arrête là, ça fait déjà beaucoup. 
Je continuerai dans un prochain article. 

 

Voilà c'est tout pour cette fois. 


N’hésite pas à me donner ton avis en commentaire et à partager cet article s'il t'a plu.  


Merci pour ta visite! 


A bientôt! 
Sabrina et Praliné

 

Pour tout connaître de notre activité, suivre notre quotidien, ne pas rater les nouveautés ou les promotions, inscris-toi à notre newsletter. Tu la recevras chaque dimanche matin ou quand nous avons envie de te l’envoyer.

Tu montes à bord de notre train bleu? C'est Praliné qui conduit  😀 


Je m’inscris à la newsletter 


Retrouve nous aussi sur  : 
 
         Instagram                                     Facebook                            Pinterest